2012 © Tous droits réservés - Création llKehl Cultures

www.kehl-cultures.com

septembre 2019

Ecritures


<  2 >

LA GENESE DE MES ECRITS



« J’écris depuis toujours parce que j’aime cela. Que ce soit pour moi ou pour les autres. C’est en découvrant le théâtre en 1969 que j’ai commencé à m’intéresser aux textes de spectacle. Quand certains auteurs ne me plaisaient pas au Lycée, je réécrivais leurs pièces sous forme de parodie. C’est ainsi, par exemple, qu’ Hernani de Victor Hugo est devenue Ma hernie sous ma plume en 1973. Des réécritures qui n’ont cependant jamais été  jouées. Le succès des sketches que je composais avec mon copain Tony me suffisait déjà amplement.



MES PREMIERES PUBLICATIONS


MON PREMIER ROMAN EST ARRIVE EN 2011



WANTED

Je n’ai aucune allégeance avec un groupe de presse

ou éditeur particulier.


QUESTION : Qu’est ce qui continue à faire boum ?

Suivez les fils dénudés, puis la fleur de pavot et enfin le boulon rouillé…

Contact

Par hasard - mais le hasard existe-t’il -, je me suis lancé dans la rédaction d’un recueil de nouvelles en 2009. Des nouvelles sorties tout droit de mes travaux de prospective à une période où ceux-ci étaient moins denses. Pour voir - vraiment pour voir -, j’ai proposé ma production à quelques éditeurs. C’est ainsi que j’ai rencontré ce métier que ne connaissais pas. Mon manuscrit s’est rapidement transformé en roman sous la pression de mes interlocuteurs. Un exercice difficile pour moi, habitué dans mon métier à des textes courts. Alors à vous de juger ! »

ET PUIS LES SCENARIOS

Eh oui en français on dit scénarios et non scenarii. Ce sont les circonstances houleuses de la diffusion de mon roman - quelques opposants déterminés ont fait le blocus des librairies -  qui m’ont incité à apprendre le métier de scénariste. J’ai eu la chance de pouvoir déambuler sur de nombreux plateaux pour interroger, regarder et comprendre les attentes des acteurs et des techniciens. Mon premier texte a été la transformation de mon roman en scénario. Un job difficile mais oh combien passionnant. La seconde production a été bien plus agréable à mitonner.

   


Je suis à l’écoute de toutes propositions de rédactions ponctuelles ou régulières à caractère économique dans la presse écrite ou net.


Je suis intéressé par toute proposition de collaboration à l’édition d’un support de presse spécialisé.


MON OFFRE DE SERVICES

Mes premiers textes publiés datent de mes années d’étudiant à Paris quand j’arrondissais les fins de mois avec des critiques sur des établissements gastronomiques pour un guide bien connu aujourd’hui disparu. C’est pendant cette période que je me suis intéressé à la sémantique, à la sémiologie et à l’étude des styles. Des connaissances qui m’ont bien profité dès mes premières expériences dans le marketing et la communication.

Entre 1980 et 1991, j’ai écrit ainsi de nombreux textes publicitaires et créé des marques. Pendant cette période, j’ai également beaucoup rédigé pour la filière vin que ce soit pour les acteurs viticoles ou pour la presse, et j’ai participé à la rédaction d’ouvrages de pédagogie sur le marketing. A partir de 1992, mes textes sont devenus plus « entrepreneuriaux », plus juridiques aussi, avec la progression de mes responsabilités en entreprise.



CORRESPONDANT DE PRESSE

Depuis 2001, je livre régulièrement des reportages économiques à des journaux étrangers. Des livraisons qui font rarement apparaître mon nom en signature, parce je n’ai rien contre le fait de « faire le nègre ». Mes expériences en entreprise me permettent d’écrire diffé-remment de mes confrères rédacteurs, car j’apporte des informations que ceux-ci ne pensent pas aller chercher.

ECRIVAIN PUBLIC PARFOIS...



J’aide parfois mes concitoyens à rédiger leur correspondance avec les corps constitués et l’administration. Des expériences ponctuelles intéressantes basées sur l’expérience de la vie.

LA PHOTOGRAPHIE EN COMPLEMENT



Pour ces missions de correspondant de presse, je fournis souvent la matière photographique avec le texte. La photo, je « suis tombé dedans quand j’étais petit ». Je possède ainsi une photothèque - banque photo - très volumineuse. J’ai débuté l’ère numérique très tôt et là encore la banque photo a pris du volume.